Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La Mariée était en Noir.

  • Cette lâcheté occidentale.

    Une vidéo qui date un peu, mais le message est toujours d'actualité. Il touche à un sujet qui m'est cher: la répulsion que m'inspire certains pans d'une société occidentale qui a perdu sa colonne vertébrale et ses couilles en route. Les bisounours, la mentalité victimaire, l'individualisme, le je-ne-m'en-mêle-pas-car-je-ne-veux-pas-de-problèmes. Je n'ai jamais eu beaucoup de tolérance pour la faiblesse et la lâcheté.

  • Argos.

    Pas en grande forme épistolaire ce weekend, alors je vous mets une petite photo. C'est Argos, mon AmStaff de 2 ans. Merci à ma copine S. E. qui est une très bonne photographe.

    Il a l'air coupable de quelque chose, non? Il aurait déchiqueté une chaussure ou bouffé un de mes soutifs que cela ne m'étonnerait pas. C'est déjà arrivé!

     

    Juliette Evola.

  • Jour d'élections communales en Belgique.

    Partisan de l'autocratie, Jacques Brel? Non: misanthrope anarchisant qui ne croyait plus guère au système.

  • Balrog.

    Je suis celle qui voyage entre les mondes, et qui emprunte les chemins obscurs.
    Cette nuit, à la lumière blafarde de la Lune de Sang, à l'Heure du Serpent, à l'Heure du Sorcier, je marcherai vers l'impénétrable muraille qui mène aux ténèbres de la Moria.

    Attirés par ma silhouette, nombreux seront ceux qui tenteront de m'aborder en chemin. Faux prophètes, dispensateurs de promesses creuses, bouffons gonflés de votre propre importance, voyeurs troubles, prenez garde ! Affrontez moi, si vous l'osez ! Voyez à mes épaules la cuirasse de bronze ! Voyez dans mon poing luire l'acier brillant ! Ecartez vous, les tièdes, les hésitants ! Mon allégeance ne saurait vous revenir, pâles simulacres d'un monde que votre faible esprit ne saurait appréhender!

    Et les fantômes inconsistants reculeront, comme ils l'ont toujours fait.

    Alors je dirai les mots, et je passerai la porte. Je déposerai sur le seuil mon armure de bataille et ma longue épée, elles ne me sont plus d'aucune utilité désormais. Nue comme dans le premier matin du monde, je parcourrai les souterrains obscurs, les salles remplies d'échos oubliés.
    Orques, trolls et gobelins ne me toucheront pas. Ils me feront une escorte furtive et murmurante, à moi qui porte le feu secret du Seigneur Sombre, et qui vient renouveler l'alliance.

    Dans les entrailles du monde, je creuserai profondément et avec avidité.
    Vous savez, n'est-ce pas, ce que je réveillerai dans les ténèbres de la grotte…

    Le démon de l'Ancien Monde!

    L'Ombre et la Flamme!

    Le Balrog de Morgoth!

    Viens à moi comme je viens à toi, mon alter ego, mon frère en feu et en ténèbres! Prends ce que je t'offre, donne-moi ce dont j'ai soif!

    Debout sur le pont étroit qui sépare cette réalité d'une autre, j'accueillerai le Feu Sombre, je le laisserai passer par moi et à travers moi, je danserai avec lui la Danse du Soleil!

    Puis je ressortirai, transcendée, grandie, dans la pleine lumière de midi, le corps paré comme une idole barbare des cruels bijoux qu'auront laissées sur moi les noces avec le Feu.

    Car je suis celle qui voyage entre les mondes, à travers l'intensité vibrante des chemins obscurs et les sombres arcanes des rituels interdits.

     

    Juliette Evola

  • Le Bouddha Disait:

    "Le bonheur n'est pas chose aisée. Il est très difficile de le trouver en nous, mais il est impossible de le trouver ailleurs.

    Celui qui cherche son bonheur doit arracher de lui-même la flèche de ses lamentations, de ses plaintes et de ses chagrins. Là se trouve le courage.

    Si, avec un mental pur quelqu'un parle ou agit, le bonheur le suit comme l'ombre qui jamais ne le quitte."

     

    Siddharta Gautama Bouddha, celui qui a atteint l'illumination.

     

    Photo: Boudhha couché, site de Polonnaruwa, Sri Lanka (XIIème Siècle)